Réglementation

FCL.800 Qualification de vol acrobatique

a) Les titulaires d’une licence de pilote ayant les privilèges pour piloter des avions, TMG ou planeurs n’entreprendront les vols acrobatiques que lorsqu’ils seront titulaires de la qualification appropriée.

b) Les candidats à une qualification de vol acrobatique devront avoir effectué:

1) au moins 40 heures de vol ou, dans le cas de planeurs, 120 lancements en tant que PIC dans la catégorie appropriée d’aéronef, accomplis après la délivrance de la licence;

2) 1 cours de formation auprès d’un ATO ou d’un DTO, incluant:

i) 1 instruction théorique correspondant à la qualification;

ii) au moins 5 heures ou 20 vols d’instruction à l’acrobatie dans la catégorie appropriée d’aéronef.

 

c) Les privilèges de la qualification de vol acrobatique seront restreints à la catégorie d’aéronef utilisée pour l’instruction au Les privilèges seront étendus à une autre catégorie d’aéronef si le pilote est titulaire d’une licence pour ladite catégorie d’aéronef et a accompli avec succès au moins 3 vols de formation en double commande couvrant la totalité du programme de formation à l’acrobatie pour cette catégorie d’aéronef.

 

AMC1 FCL.800 Qualification voltige

CONNAISSANCES THÉORIQUES ET FORMATION EN VOL

(a) L’objectif de la formation à la voltige est de qualifier les titulaires d’une licence pour pratiquer la voltige aérienne.

(b) L’ATO ou le DTO doit délivrer un certificat de suivi complet et satisfaisant de la formation en vue de l’apposition sur la licence.

(c) Connaissances théoriques :

Le programme des connaissances théoriques doit couvrir la révision ou l’explication de:

(1) facteurs humains et limites physiologiques:

(i) désorientation spatiale;

(ii) mal de l’air;

(iii) effets physiologiques dus aux accélérations, positives et négatives;

(iv) voile gris et voile noir.

(2) sujets techniques :

(i) la réglementation relative à la pratique de la voltige incluant les questions d’environnement et de bruit ;

(ii) les principes de l’aérodynamique incluant le vol lent, les décrochages et les vrilles, plates et inversées;

(iii) limitations générales cellule et moteur (si applicables)

(3) limitations applicables à la catégorie spécifique d’aéronef (et au type) :

(i) limitations de vitesse air (avion, hélicoptère, planeur et TMG, le cas échéant);

(ii) facteurs de charge symétriques (relatifs au type, le cas échéant);

(iii) facteurs de charge asymétriques (relatifs au type, le cas échéant).

(4) figures de voltige et récupération:

(i) paramètres d’entrée;

(ii) systèmes de planification et d’ordonnancement de manoeuvres;

(iii) tonneaux;

(iv) boucles;

(v) manœuvres combinées;

(vi) entrée et récupération de vrilles entretenues, plates, accélérées et inversées.

(5) procédures d’urgence :

(i) récupération des attitudes inusuelles;

(ii) exercices incluant l’utilisation de parachutes (s’ils sont portés) et l’abandon de l’aéronef.

(d) Formation en vol

Les exercices de voltige du programme de formation doivent être répétés si nécessaire, jusqu’à ce que le candidat atteigne un niveau sûr de compétence. Après avoir suivi la formation en vol, l’élève-pilote doit être capable d’effectuer un vol en solo contenant une séquence de figures de voltige. La formation en alternance avec les vols d’entraînement en solo supervisé doit être adaptée à la catégorie d’aéronef et se limiter aux manœuvres autorisées pour ce type d’aéronef. Les exercices doivent comprendre au moins les éléments de formation pratique suivants:

(1) manœuvres de mise en confiance et récupérations:

(i) vol lent et décrochage;

(ii) virages serrés;

(iii) glissades latérales;

(iv) redémarrage du moteur en vol (le cas échéant);

(v) vrilles et récupération;

(vi) récupération du virage engagé;

(vii) récupération des attitudes inusuelles.

(2) figures de voltige:

(i) Chandelle ;

(ii) Huit paresseux ;

(iii) tonneau ;

(iv) boucle;

(v) vol inversé ;

(vi) renversement ;

(vii) rétablissement normal.