Appareils électronique et marchandise

SAO.GEN.145 Appareils électroniques portatifs

Le pilote commandant de bord n’autorise personne à utiliser un appareil électronique portatif à bord d’un planeur, y compris un organisateur électronique de poste de pilotage (OEPP), perturbant le bon fonctionnement des systèmes et équipements du planeur ou sa maniabilité.

GM1 SAO.GEN.145 Dispositifs électroniques portables

CATÉGORIES DE DISPOSITIFS ÉLECTRONIQUES PORTABLES

Les dispositifs électroniques portables (PED) sont tout type de dispositif électronique, généralement lié à l’électronique grand public, que toute personne a apporté à bord du planeur et qui ne fait pas partie de la configuration approuvée du planeur. Tous les équipements capables de consommer de l’énergie électrique entrent dans cette définition. L’énergie électrique peut provenir de sources internes telles que des piles (rechargeables ou non) ou les appareils peuvent également être connectés à des sources d’alimentation spécifiques du planeur.

Les PED comprennent les deux catégories suivantes :

(a) Les émetteurs non intentionnels peuvent émettre de manière non intentionnelle des transmissions radiofréquences (RF), parfois appelées émissions parasites. Cette catégorie comprend, sans toutefois s’y limiter, les calculatrices, appareils photo, récepteurs radio, lecteurs audio et vidéo, jeux électroniques et jouets, lorsque ces appareils ne sont pas équipés d’une fonction de transmission.

(b) Les émetteurs intentionnels (T-PED) émettent des émissions RF sur des fréquences spécifiques dans le cadre de la fonction à laquelle ils sont destinés. De plus, ils peuvent émettre des transmissions non intentionnelles comme toute PED. Les T-PED sont des dispositifs de transmission tels que des équipements de contrôle à distance RF, pouvant inclure des jouets, des radios bidirectionnelles (parfois appelées « radios mobiles privées »), des téléphones mobiles de tout type, des téléphones avec satellite, des ordinateurs avec téléphone portable connexion de données, réseau local sans fil (WLAN) ou capacité Bluetooth. Après la désactivation de la capacité de transmission, par ex. en activant ce que l’on appelle le « mode de vol » ou le « mode de sécurité de vol», le T-PED reste une PED à émissions non intentionnelles.

GM2 SAO.GEN.145 Dispositifs électroniques portables

GÉNÉRAL

(a) Les PED peuvent présenter un risque d’interférence avec les systèmes de planeurs électroniques. Ces systèmes peuvent aller de la commande de moteur électronique aux instruments, en passant par les équipements de navigation ou de communication, ou tout autre type d’équipement avionique embarqué sur le planeur. Les interférences peuvent entraîner des dysfonctionnements des systèmes embarqués ou des informations trompeuses et des perturbations de la communication. Celles-ci peuvent également entraîner une augmentation de la charge de travail de l’équipage de conduite.

(b) Des interférences peuvent être causées par des émetteurs faisant partie de la fonctionnalité de la PED ou par des transmissions non intentionnelles à partir de la PED. En raison de la proximité probable de la DESP par rapport à tout système de planeur à commande électronique et du blindage généralement limité trouvé dans les plans de voilure, le risque d’interférence doit être considéré comme plus élevé que celui des aéronefs plus gros équipés de cellules en métal.

c) Lors de la certification du planeur, lors de la qualification de ses fonctions, il n’a été envisagé d’exposer que de courte durée à un champ à rayonnement élevé, une mesure d’atténuation acceptable consistant en un retour à une fonction normale après élimination de la menace. Cette hypothèse de certification peut ne pas être vraie lors de l’utilisation du PED émetteur à bord du planeur.

(d) Il a été constaté que le respect des dispositions en matière de compatibilité électromagnétique et des normes européennes correspondantes, comme indiqué par le marquage CE, ne suffisait pas pour exclure l’existence d’interférences. Une interférence bien connue est la démodulation du signal transmis par les téléphones mobiles GSM (système mondial de communications mobiles), entraînant des perturbations audios dans d’autres systèmes. Il est difficile de prévoir des interférences similaires lors de la conception de la DESP, et il est pratiquement impossible de protéger les systèmes électroniques du planeur contre toute la gamme des interférences potentielles. Par conséquent, l’option la plus sûre est de ne pas utiliser de PED à bord du planeur, d’autant plus que les effets peuvent ne pas être identifiés immédiatement, mais dans les circonstances les plus contraignantes.

e) Les directives à suivre en cas d’incendie causé par des PED sont fournies dans la dernière édition en vigueur de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), « Directives pour les interventions d’urgence en cas d’incidents impliquant des marchandises dangereuses», Doc. OACI 9481-AN / 928.

SAO.GEN.150 Marchandises dangereuses

a) Le pilote commandant de bord n’autorise personne à transporter des marchandises dangereuses à bord.

b) Les quantités raisonnables d’articles et de substances qui seraient autrement classées comme marchandises dangereuses et qui sont utilisées pour améliorer la sécurité du vol, lorsque leur transport à bord du planeur est souhaitable pour en garantir la disponibilité opportune à des fins opérationnelles, sont considérées comme autorisées.

GM1 SAO.GEN.150 Marchandises dangereuses

EXEMPLES

Les marchandises dangereuses comprennent :

a) explosifs (pièces pyrotechniques, fusées éclairantes, détonateurs, détonateurs, dynamite, munitions et matériel de fabrication de pièces pyrotechniques en général) ;

b) gaz comprimés, liquéfiés ou dissous (aérosols, aérosols d’autodéfense, gaz de camping, extincteurs, liquides cryogéniques, bouteilles avec gaz de refroidissement et bouteilles de gaz comprimé en général) ;

(c) liquides et solides inflammables (carburant, équipement contenant du carburant, de l’huile, des adhésifs, des solvants, de la peinture, de l’essence, du vernis, des torches, des briquets et des recharges d’allumeur) ;

d) les substances qui émettent des gaz inflammables au contact de l’eau;

e) les oxydants et les peroxydes organiques (générateurs d’oxygène et poudre de blanchiment); etf) les substances susceptibles de combustion spontanée (allumettes en tout point et phosphore).

AMC1 SAO.GEN.150 (b) Marchandises dangereuses

QUANTITÉS RAISONNABLES

Le transport d’objets et de matières en quantités raisonnables doit être autorisé, que ces objets et substances doivent ou non être transportés ou destinés à être utilisés dans le cadre d’un vol particulier. L’emballage et le chargement à bord doivent être effectués sous la responsabilité du commandant de bord de manière à minimiser les risques pour les membres d’équipage, les passagers ou le planeur au cours de l’exploitation.